Catégorie Littérature française -Essai-

Parution en janvier 2009


lindale1Quels sont les auteurs qui ont marqué Linda Lê, nourri son écriture et sa réflexion ?

À cette question, l’auteure d’In memoriam prend le temps de répondre.Non pas dans la veine d’une admiration béate, mais avec intensité et profondeur. C’est une occasion pour elle d’extraire ce qui fait sens dans les parcours de plusieurs artistes.

Ces auteurs qu’elle aime sont de ceux qui peuvent accompagner un lecteur, s’il veut bien, « dirait Baudelaire, plonger au fond de l’Inconnu pour trouver du nouveau ».

J’imagine rencontrer une spécialiste en art contemporain qui me présente seize peintres et leurs orientations, à travers certaines de leurs toiles et une mise en perspective de leurs vies.

C’est ce qui se passe dans Au fond de l’inconnu pour trouver du nouveau, mais transposé en littérature. Linda Lê invite à sonder avec elle les ressorts internes, la pertinence, les ambitions de ces personnalités hors du commun qu’elle refuse de voir devenir des « laissés-pour-compte » dans nos bibliothèques qui « gémissent ».

La liste est remarquable : Robert Walser, Louis-René des Forêts, Juan Rodolfo Wilcock, Felisberto Hernández, Georges Perros, Tommaso Landolfi, Osamu Dazai, Stanislas Rodanski, Sándor Márai, Ladislav Klíma, Louis Calaferte, Karel Čapek, Stig Dagerman, Ghérasim Luca, Hanokh Levin et Simone Weil.

La visite, derrière le guide qu’est Linda Lê, n’est pas indolente. L’écriture, exigeante, demande une lecture à sa mesure. Impossible de lire Au fond de l’inconnu pour trouver du nouveau d’un œil inattentif. Pas trace de vulgarisation ici, et la marche sur laquelle j’ai dû me hisser était parfois haute. Mais une fois élevée, le panorama était si large que la difficulté de l’ascension prenait son sens.

Par exemple, pour Wilcock, cet « agitateur méthodique ». Linda Lê exalte le « bain acide » :

« […] il faut s’armer d’un grand sang-froid et se laisser malmener au gré des turbulences, car tout est mis sens dessus dessous par un saboteur sans pitié. Dans ses caprices goyesques, les amants qui ne sortent plus du lit finissent par s’entredévorer, en bons cannibales. L’ange fait le trottoir – mais le client est floué, puisque le racoleur n’a pas de sexe. »

Dazai, et sa noirceur fulgurante :

« […] Dazai ne convoitait que la place du réprouvé, foulant aux pieds les mœurs féodales, se laissant tenter par l’alcool, la drogue, le mariage hors caste. […] on reçoit comme un coup de hache les testaments de cet élégiaque, rétif à tout embrigadement, pris cependant dans les rets des cohortes moutonnières. »

La vie et l’œuvre de Dagerman, mêlées, inextricablement :

« Le suicide de Dagerman, ce dernier jeu avec le feu, scellait peut-être sa défaite face à l’hydre de l’angoisse, mais cet adieu du phénix a la vertu de nous le rendre proche : ne disait-il pas que seuls les enfants brûlés peuvent réchauffer les autres ? »

La particularité de ce qui s’apparente à une suite d’essais réside en ce que Linda Lê ne s’exprime pas seulement comme lectrice, experte et observatrice. Elle est écrivain elle aussi, et c’est la résonance en elle de pistes littéraires défrichées par d’autres qu’elle développe. Elle peut montrer, au fil de ses nourritures littéraires, combien ces hommes (ainsi que cette femme), ces « maquisards qui ont fait œuvre délictueuse », ces « alliés substantiels » suivant les termes de René Char, ont ouvert de passages novateurs. Elle dévoile aussi à quel point un auteur s’alimente d’autres voix, les digère, avant de suivre son propre élan vers des chemins vierges.

couv_linda_le1Au fond de l’inconnu pour trouver du nouveau est un hommage scrupuleux, jamais lénifiant, l’intelligence aiguisée de Linda Lê n’admettant pas la platitude. Un livre de chevet, donc à lire avec lenteur, persévérance, et l’assurance tranquille que d’autres livres de chevet se trouvent à l’intérieur, comme dans un savant jeu de poupées gigognes.

Au fond de l’inconnu pour trouver du nouveau de Linda Lê

Aux éditions Christian Bourgois


Publicités

"

  1. Lorsque Baudelaire écrit, à la fin de »Voyage »
    « Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel,qu’importe ?
    Au fond de l’Inconnu pour trouver du nouveau ! »
    il entretient le mythe du poète inspiré et les paradis artificiels sont là pour qui permettent le voyage au fond de ce gouffre…Ces derniers vers sont d’ailleurs une invocation à la mort: »ô mort…verse nous ton poison… »
    Ce mythe de l’écriture qui offre à l’écrivain la possibilité de s’évader de ce « monde ennuyé » perdure bien souvent.
    En dehors de la présentation des textes « délictueux » qu’elle présente, qu’en pense l’auteur(e) du livre présenté? Le choix de son titre intrigue. Vers quelle rive guide-t-elle son lecteur?

  2. pagesapages dit :

    Question difficile : c’est une rive ardue.
    Je pense que Linda Lê veut ouvrir des portes vers des émissaires de « l’autre côté » (et c’est ce qu’elle fait en présentant ces parcours). Son dernier chapitre a pour titre « Une porte dans clé, une clé sans porte » et se termine par une citation d’Armand Robin : »La Parole muette qui seule sait parler, la Parole condamnée qui seule peut sauver, la parole niée qui seule peut affirmer, la Parole qui ne peut jouer aucun rôle. »
    C’est la Littérature comme une « inquiétude », extrêmement cérébrale, ténue, avec une inadéquation au monde posée.
    Je prends le livre de Linda Lê comme un tremplin vers d’autres livres… mais je ne suis pas toujours sûre d’être assez « musclée » ou savante pour être capable de sauter dessus ! Ni assez dénuée d’affect, ou d’immédiateté. (diable, j’ai l’impression d’être encore plus brumeuse après mes explications qu’avant…)
    Grâce à ce livre, j’ai ouvert l’Enfant brûlé de Dagerman, et je le lis avec les « balises » de Linda Lê, donc un oeil… différent, on va dire. C’est le grand avantage de ce livre, en fait, que de pointer du doigt tel ou tel autre. A nous d’avaler la nourriture offerte à « notre sauce », finalement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s