Lucien Suel« Je suis demandée d’écrire mes histoires de la vie que je mène ici ou là, maintenant ou avant dans l’autrefois qui demeure dans ma tête. C’est du travail. »

L’auteure de ces lignes est Mauricette Beaussart, soixante-quinze ans, hospitalisée pour cause de troubles mentaux à l’EPSM d’Armentières. Son ami, Christophe Moreel lui rend visite deux fois par semaine. Jusqu’au jour où Mauricette s’enfuit…

La patience de Mauricette est une reconstitution progressive, le portrait par fragments d’une femme que le passé a fissurée.

Lucien Suel alterne deux tonalités différentes dans ce roman. La base est une narration : Mauricette vue de l’extérieur, grâce à des scènes d’un passé plus ou moins proche (les lieux, l’histoire familiale, l’internement, les recherches effectuées pour la retrouver…).

« Tout à l’heure, il reprendrait le 82 pour Armentières. Il irait directement à la « Clinique ». Il voulait parler avec le personnel infirmier, tous ces gens qui s’étaient occupés de Mauricette pendant les trois semaines qu’avait duré son séjour. Peut-être rencontrerait-il Emilie Delaleau, la psychologue ? Il avait eu l’occasion de la saluer et se souvenait de son calme. La semaine précédente, lors d’une promenade dans le parc de l’EPSM, Mauricette lui avait dit : « Elle me parle et elle m’écoute avec ses grands yeux bleus. » »

Insérés en italique, des monologues intérieurs viennent s’introduire dans le fil de l’histoire : c’est Mauricette elle-même qui parle, ou plutôt qui écrit, remplissant le cahier offert par la psychologue qui la soigne. Le texte est éclaté, expulsé, désaxé, souvent poétique, en vue directe sur le cerveau de Mauricette, sa pensée chaotique, sa souffrance.

« On n’échappe pas. Pour moi, c’est bientôt. Je ne sais pas courir. Mes jambes sont mauvaises. Pas sales. Non mais des veines fatiguées noircies. Je suis dans le grabat cervical. Une ankylose fourmillante. Je pourrais rester des heures assise là. Je colle à la porcelaine plastifiée. Ils sont tous assis en rond dans leurs blouses blanches et leurs timbales blanches remplies de café noir. Leurs bouches bougent. »

Peu à peu, Christophe va reconstituer une partie du passé de Mauricette. Parallèlement, les monologues de la vieille dame qui reviennent régulièrement nous donnent les détails qui manquent. Les cartes de cette « patience » se retournent, unes à unes.

« Je crois aller mieux mais j’ai des rechutes de noirceur. J’arrive à parler de ça avec le Docteur Demolins mais pas tout. Je connais mon noyau de souffrance. Je le suce et roule entre les gencives depuis des années. Quelquefois je le prends dans ma main et je la referme. Il est caché dans ma paume je regarde les taches de vieillesse sur le dos de ma main et je remets le noyau dans ma bouche. Je crois qu’il faudrait le cracher comme des pépins de pastèque. Flouff. »

Mauricette est un personnage complexe, inattendu, un « mélange de classicisme et de sauvagerie, de manières aristocratiques et de rusticité ».

Lucien Suel parvient à la rendre concrète, et incroyablement émouvante. Si bien que l’on voudrait lire Mauricette Beaussart « dans le texte ».

Feuilleter, par exemple, un numéro du Dépli amoureux
(« une chronique intitulée « Vapeurs » dans laquelle elle rendait compte des parutions poétiques et des nouveautés dans le domaine des musiques expérimentales »)…

Ou se procurer ses Lettres de l’asile, ou pourquoi pas son manuscrit intitulé ÉTOILE POINT ÉTOILE, ou encore son Anthoveaulogie (collecte de phrases, textes ou poèmes contenant le mot « veau »,
« avec indication du numéro de page [… et les] données bibliographiques, auteur, titre, éditeur, année de publication »)…

Oui, on voudrait lire encore Mauricette.
Et s’imaginer la rencontrer, sur une plage nordiste, pour lui dire combien on a été touché, lui faire un signe, avant qu’elle ne s’éloigne tout à fait hors de vue, son petit sac tressé à la main…

La patience de Mauricette de Lucien Suel (aux éditions de la Table Ronde)« Ma vie s’allongera devant moi comme mon ombre entre Berck et Boulogne. Mes pas traceront une double ligne pointillée entre la mer et les dunes. Je me retournerai de temps en temps pour la regarder puis je continuerai la route. »

La patience de Mauricette de Lucien Suel
Aux éditions de la Table ronde



Catégorie Littérature française -Roman-
Parution en septembre 2009

 

 

Publicités

"

  1. Martine dit :

    Terminé hier soir! J’en parle aujourd’hui sur mes « nouvelles… »
    Beaucoup aimé aussi!!!

    Je le savais (que tu aimerais !) 🙂

  2. BS dit :

    Vous avez une interview de l’auteur publiée sur Bibliosurf http://www.bibliosurf.com/Interview-de-Lucien-Suel

    Merci, très bonne adresse ! Aussi celle du blog de l’auteur, l’adresse est ici :
    http://academie23.blogspot.com/

  3. cathulu dit :

    Je le veau, heu, veux !!! Un livre qui donne envie de partir à la découverte de livres imaginaires, ça me parle tout de suite !

    Suis sûre que tu va aimer ! 🙂

  4. Véronique D dit :

    J’ai aussi adoré ce livre (j’avais déjà bien aimé le précédent de cet auteur, la Mort du Jardinier)

    La mort du jardinier est dans ma liste de « prochainement sur vos tables de chevet » 🙂

  5. […] ciel du Nord est changeant – j’avais repéré au Furet un livre de Lucien Suel édité chez Folio en juin, le même écrivain qui a établi récemment la ligne théorique des […]

  6. brigetoun dit :

    heureusement que je n’avais pas lu vos critique avant de mettre ma petite pierre, très vite, ce soir, avec le retard qui me correspond !
    mais j’ai découvert la suite de l’histoire de Mauricette avant que me soit donné la possibilité de réparer mon omission lors de la sortie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s