Illustrations sous copyright des éditions La Table Ronde
-Édition établie par Nathalie Jungerman

Marguerite Bonnevay, vers 1894« […] Elle aurait pu s’appeler Fragile, Cocasse, Maladive ou Malice. Mais elle s’appelait tout bonnement Marguerite et n’avait pour toute baguette magique qu’un crayon à changer les gens. […] »
Jacques Prévert

Tante Chinoise et les autres ressemble à un livre, un très beau livre, mais ce n’en est pas un : c’est une malle au trésor, retrouvée au fond d’un grenier.
Une fois ouverte, elle se change en malle magique, libérant tout un petit monde joyeux, malicieux et impertinent.

Marguerite Bonnevay a douze ans, en 1894 lorsqu’elle est en vacances avec sa famille à Gonfaron, petit village du Var.

« Enfant précoce, elle aime écrire, jouer du piano et, par-dessus tout, dessiner. »

Elle s’ennuie peut-être, ne connaissant personne de son âge. « Elle observe les villageois, s’intéresse aux événements, aux fêtes gonfaronnaises et à leurs processions, prête l’oreille aux « cancans », découvre la légende locale de l’âne volant. »

Elle dessine alors, mêlant à ses croquis des légendes, prémisses des bulles de bande dessinée, (un art à peine né puisque ce n’est que quatre ans plus tôt que Christophe a publié La Famille Fenouillard).

Thomas, le futur d'Apollonie
Un de ses personnages récurrents « reconnaissable entre tous, au gros nez surmonté de lunettes, [s’]appelle « Tante Chinoise », « Révérende Tante Chinoise », « Tante Ricouquette » ou encore la « Révérende Abbesse de la Confrérie des Pompières ». »

Tante Chinoise

Tante Chinoise prend son bain annuel, part en promenade derrière son âne qui lâche du crottin, joue du tambour sur un char tiré par une écrevisse, au Grand Corso carnavalesque musical qu’elle préside « au profit de l’œuvre de la pompe », avant de s’envoler pour Pékin à bord du ballon Apollon…

Les vacances finies, Marguerite range les planches de Tante Chinoise et s’adonne à la peinture, avant de tomber malade. Elle mourra en 1903 à peine âgée de vingt et un ans.

En 1956, Marguerite Bonnevay, nièce de la petite Marguerite dessinatrice, ouvre la malle contenant les dessins de sa tante devant le jeune David Perlov, passionné de cinéma.

David Perlov
Charmé, il va en faire l’objet de son premier film, et lance une souscription pour réunir des fonds.
Soixante-dix intellectuels, peintres, poètes, comédiens y répondent (parmi eux Jeanne Moreau, Calder, Vieira Da Silva, Mme Picabia, etc.).

La communauté des écrevisses
Utilisant parcimonieusement le peu de moyens dont il dispose, il commence à tourner, répétant de nombreuses fois « à vide » pour ne pas gâcher de pellicule.

Le court-métrage, d’une durée de dix-sept minutes, est mis en musique par Germaine Tailleferre (membre du Groupe des Six avec Georges Auric, Darius Milhaud, Francis Poulenc, Arthur Honegger et Louis Durey), et c’est l’acteur Jacques-Bernard Brunius qui prête sa voix aux légendes écrites par Marguerite en bas de ses dessins.

Le prologue de Jacques Prévert en ouverture du film ajoute à la poésie du projet, et David Perlov réussit avec brio à rendre l’imaginaire de « la petite fée » vivant, impertinent :

« Ce que vous allez voir, c’est la chronique, les avatars de son petit village, sa vie, ses fêtes, ses accidents. Tous les secrets publics des êtres et des choses : la noce des chiens et l’Armée du Salut, les bals avec la danse, les rats avec l’argent, tout le cérémonial, la vie de tous les jours, telle que Marguerite la voyait, telle qu’elle la désirait, telle qu’elle la redoutait, l’embellissait ou la moquait. »

Le livre Tante Chinoise et les autres est construit en deux parties : Les dessins (la vie de Marguerite illustrée de cartes postales d’époque, les reproductions pleine page des planches originales) et Le film (son historique, le document de la souscription avec tous les signataires, et le CD).

Coeur d'artichaut et la mère Tripotatibus s'envolent
Il met très bien en valeur et en perspective la fantaisie de la jeune Marguerite et l’inventivité de David Perlov. Le tout est à la fois gracieux, attachant, avec cette opportunité rare qui nous est donnée d’ouvrir « la malle au trésor ».

Tante Chinoise et les autres de Marguerite Bonnevay, aux éditions de La Table RondeAvec Tante Chinoise et les autres, une petite demoiselle de douze ans, à cent ans d’intervalle, sort de son carton à dessins une sarabande colorée et émouvante, et tout un petit monde précieux, poétique, se joue de l’oubli et du temps qui passe…

Tante Chinoise et les autres de Marguerite Bonnevay
Monographie avec CD
Nathalie Jungerman
Aux éditions de La Table Ronde
Catégorie Beaux Livres -Monographie-CD-
Parution en octobre 2009

Une réponse "

  1. […] Soixante-dix intellectuels, peintres, poètes, comédiens y répondent (parmi eux Jeanne Moreau , Calder , Vieira Da Silva , Mme Picabia , etc.). Utilisant parcimonieusement le peu de moyens dont il dispose, il commence à tourner, répétant de nombreuses fois “à vide” pour ne pas gâcher de pellicule. Charmé, il va en faire l’objet de son premier film, et lance une souscription pour réunir des fonds. Le court-métrage, d’une durée de dix-sept minutes, est mis en musique par Germaine Tailleferre (membre du Groupe des Six avec Georges Auric , Darius Milhaud , Francis Poulenc , Arthur Honegger et Louis Durey ), et c’est l’acteur Jacques-Bernard Brunius qui prête sa voix aux légendes écrites par Marguerite en bas de ses dessins. Tante Chinoise et les autres de Marguerite Bonnevay « lignes e-lignes […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s